• Mouvement de l'image et image du mouvement

      

    Dans Panoramique, nous invitons le spectateur à visiter lʼespace à travers un dispositif qui sʼarticule entre le point de vue de celui qui parcourt le site et de celui qui lʼobserve. Seul ou à deux, les danseurs créent des images et les jouent, se succédant, se complétant. Ils capturent des séquences filmiques, des fragments de durées. Fouillant et jouant avec le temps de la séquence, ils déplacent les images, cherchant des analogies ou des ruptures dans les surfaces de projection. Ils pilotent aussi quelques sources de lumière, acteurs de lʼapparition et de la disparition dans la nuit. Toutes les images sont faites en temps réel et puis effacées, tout aussi éphémères que les mouvements captés.
    Panoramique propose une expérience perceptive, où, par le mouvement et lʼimage du mouvement, saisis dans lʼespace même de leur apparition, un imaginaire du lieu connu ou inconnu se construit, se déconstruit, se reconstruit. La performance est réinventée pour chaque nouveau contexte, lisant les murs et les ouvertures, les distances arpentées et les actions découvertes dans lʼexploration, là où le corps se love et là où il ne peut rester.

    Notre pratique d'image et de mouvement s'est dévellopée d'abord en studio, créant une pièce générique Delay et ses trois versions, solo, duo et trio. Elle questionnait le mouvement et son image, les processus prenaient pour référence spatiale le sol, un tapis de danse la plupart du temps, et l'écran et sa surface blanche de possibles infinis pour nos jeux de feedback vidéo.

     Panoramique répond au désir de sortir du lieu clos, d'aller en dehors du théâtre éprouver notre pratique, pour danser dans des environnements fait d'arbres, de murs, de sols variés, de réverbères et de gens et de voir quelles images surgissent. A partir de captations d'action physique dans l'environnement avec restitution puis effacement de l'image, nous explorons les lieux. Nous prenons le temps. Ici, dans ce blog, nous souhaitons rendre compte des divers aspects de la pratique, la découverte des lieux, les rencontres qu'elle génère, les contraintes, les aspects techniques, les questionnements. Cette pratique (artistique) se rend visible au public à un moment, "une performance in-situ" pour lui donner un nom. Les images vidéos qui sont présentées ne sont pour nous qu'une trace des images vécues qui sont matériellement disparues. De la même manière qu'il reste une trace vidéo d'une danse, il reste une trace filmée des projections vidéos live qui ont été effacées, qui appartiennent et n'existent que pour un lieu dans un temps donné.